Être heureux, ce n'est pas nécessairement confortable ! - Thomas d'Ansembourg

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Lorsque l'on demande à un virtuose du piano, comment arrive-t-il à jouer si bien de son instrument, nous ne sommes pas surpris lorsqu'il nous répond que cela lui a demandé des années de travail pour atteindre ce niveau. Tout art ou savoir nécessite un apprentissage. Et l'art de vivre ne fait pas exception. Pourtant, la plupart d'entre nous pensent que le bonheur dépend d'une rencontre, d'une réussite professionnelle, ou en tout cas qu'il est possible que le bonheur nous tombe tout cuit dans la bouche au hasard de la vie.
Le thérapeute et conférencier Thomas d'Ansembourg nous propose de remettre en question quelques idées reçues pour comprendre pourquoi être heureux n'est pas nécessairement confortable.

Et si le bonheur s'apprenait !

De sa formation juridique, l'ancien avocat belge a gardé le sens de la verve. En effet, ce n'est pas sans humour ou jeux de mots que le thérapeute nous emmène sur la voie d'un bonheur tant recherché, mais que nous ne pouvons nous empêcher de saboter allègrement lorsqu'il s'approche de trop près.
C'est en cherchant le sens de sa propre vie que Thomas d'Ansembourg se tourne vers le monde de la thérapie. Aujourd'hui, collaborateur du psychanalyste québécois Guy Corneau et formateur certifié en Communication Non Violente, il est aussi membre fondateur et animateur de l'association Coeur.com, où il aide adultes et enfants à dépasser les difficultés qu'ils traversent.

Durant cette conférence de deux heures sur le bonheur, Thomas d'Asembourg dissèque, à grands coups d'ironie, notre quotidien et notre regard sur le bonheur souvent si contradictoire pour nous montrer que nous sommes nous-mêmes à l'origine de notre malheur. Et si nous avons le sentiment d'être pris dans un « enfer-mement », cela serait surtout la conséquence d'habitudes de fonctionnement et de stratégies qui se révèlent être, avec le temps, inadéquates. Il nous emmène découvrir les chemins pièges, qui sont, selon lui, au nombre de 5, et qui nous garantissent à coup sûr de demeurer le plus loin possible d'un état de calme, de détente et de bonheur.

Ajouter un commentaire