Les 5 blessures

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

La blessure de trahison - les 5 blessures qui empêchent d'être soi - Soi- La femme et l'amour

Trahir, c'est cesser d'être fidèle à quelqu'un ou à une cause, c'est aussi abandonner ou livrer quelqu'un. Selon Lise Bourbeau, la blessure de rejet est vécue avec le parent du sexe opposé et se met en place avec le Complexe d’œdipe. La trahison est ressentie en situation d'inceste, de l'arrivée d'un autre enfant, mais aussi en cas de trahison dans le couple parental ou toute autre promesse faite à l'enfant dont l'engagement n'a pas été tenu.
Cette blessure témoigne d'un trop grand attachement au parent de sexe opposé et d'un Complexe d'oedipe non résolu. Elle est la résultante d'une relation avec un parent égocentré se jouant de la séduction, faisant croire à l'enfant qu'il a besoin de lui. L'enfant voudra ou croira être spécial pour l'autre, ce qu'il va ensuite continuer à chercher ou croire dans ses relations amoureuses. Ce qui maintiendra son leurre et lui permettra d'entretenir sa blessure de trahison en se trahissant lui-même.
Afin d'éviter sa blessure, l'enfant va se créer un masque, celui du CONTROLANT.

Physique du CONTROLANT

Le corps du contrôlant est un corps qui exhibe la force. Larges épaules et torses bombés chez les hommes, cette force est plutôt concentrée au niveau des hanches, des fesses, du ventre et des cuisses chez les femmes. Le corps des femmes revêtant le masque du contrôlant se caractérise par des hanches plus larges que les épaules.
Le contrôlant possède un regard intense et séducteur. Son regard lui sert autant à intimider l'autre, afin de le garder à distance, qu'à le séduire.

Personnalité du CONTROLANT

Les contrôlants sont, dans l'ensemble, des personnes qui prennent leur place et sont très physiques. On peut souvent observer chez ces personnes un côté « Regardez-moi ! ». Pour le contrôlant, il est important d'arborer force et courage pour masquer leur blessure, leur vulnérabilité.
Tout acte de lâcheté et de paresse est perçu comme une trahison. Il veille à sa réputation de personne forte et de confiance, car elle reflète, selon lui, son besoin de bien respecter ses engagements, d'être fidèle et responsable. Car bien qu'il lui soit quasiment impossible de faire vraiment confiance à l'autre, il ne peut supporter que les autres ne lui fassent pas confiance.
Le contrôlant fait donc tout pour être responsable, fort, spécial et important. Car c'est sa façon de satisfaire son ego et surtout de ne pas affronter le fait qu'il se trahit lui-même.
Le contrôlant est doté d'une forte personnalité et affirme sans mal son point de vue, qu'il cherche à imposer aux autres. Rapide dans ses actions, travailleur, il peut se montrer agressif, impatient et colérique à qui ne répond pas à ses attentes.
Son besoin de tout contrôler le pousse à diriger les autres, quitte à avoir recours à la séduction pour parvenir à ses fins. C'est pourquoi il lui est si difficile de parvenir au lâcher-prise et à déléguer. C'est aussi la raison pour laquelle il a tendance à tout prévoir dans son avenir.


Le mode relationnel du CONTROLANT

Le contrôlant est celui qui a le plus d'attente envers les autres, dû à son besoin de tout prévoir et de tout contrôler, et ce, dans le dessein de vérifier qu'ils ne vont pas le trahir. C'est pourquoi il a aussi tendance à éviter les situations de confrontation où il n'aurait pas le contrôle.
Bien qu'il ne supporte pas le mensonge, il lui arrive fréquemment de déformer lui-même la vérité (ce qu'il ne considère pas comme un mensonge d'ailleurs ! ).
Sa blessure est surtout vécue dans sa sphère amoureuse et sexuelle. Il a peur de l'engagement car, se voulant responsable et fort, tout engagement signifie pour lui une interdiction de retrait, en plus de sa peur de se faire avoir de nouveau.
Résistant à se confier aux autres, il a tendance à se mêler de tout, se croyant facilement plus fort que les autres. S'il prend les autres en charge, sous couvert d'une aide, c'est avant tout pour avoir le contrôle.

Ses peurs

Sa plus grande peur est la dissociation, qui serait, pour lui, synonyme de rupture. Selon Bourbeau, la blessure de trahison s'accompagne souvent de la blessure d'abandon.

Les obstacles à sa guérison

L'ego du contrôlant lui fait croire qu'il ne ment jamais, qu'il garde toujours sa parole et que personne ne lui fait peur. Mais c'est aussi ainsi qu'il alimente sa blessure. En se mentant, en se faisant croire des choses fausses et en ne tenant pas ses engagements vis-à-vis de lui-même. Il entretient aussi sa blessure en refusant l'aide des autres à qui il ne peut accorder sa confiance.

Derrière le masque se cache :

Une personne rassurante et protectrice, capable de prise de décision rapide et de déléguer. Sociable, elle est aussi une excellente comédienne ainsi qu'une excellente oratrice.

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire