Prendre confiance en soi

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Prendre confiance en soi - estime de soi - la femme et l'amour

La confiance en soi repose sur une bonne estime de soi. Car sans une bonne estime, aucune confiance en soi n'est envisageable. Si l'estime de soi s'appuie sur un socle narcissique construit pendant l'enfance, elle nécessite qu'on l'entretienne. Quand bien même ce socle vient à manquer, il reste possible de transformer une basse estime de soi en bonne estime de soi. Comme l'écrit Christophe André dans son livre « l'estime de soi », « changer une seule pièce du problème provoquera une réaction en chaîne ». Pour cela, il est donc indispensable de poser des actes, d'oser faire, d'oser être.

Revoir ses prétentions

Si l'estime de soi a besoin de réussites pour se développer, il n'est pas rare que les personnes à basse estime se donnent des objectifs tellement élevés, qu'il devient vite impossible de les réaliser. Non que l'ambition personnelle soit une mauvaise chose, mais il est important de noter que des prétentions trop élevées constituent plus un frein à une bonne estime qu'autre chose. (C. André)
Alors à quoi servent ces hautes ambitions ? Tout simplement à maintenir... une mauvaise estime de soi. Tant que ses objectifs demeurent inatteignables, il est inutile de passer à l'action, et la peur de l’échec est ainsi évitée ! Et si passage à l'acte il y a, le résultat escompté n'étant pas à hauteur de ce que nous espérions, nous y trouvons alors une vérification, une justification à cette mauvaise estime de soi.
Il serait assez juste de dire que ce n'est pas par réelle incapacité que les gens à basse estime ont du mal à réaliser leurs rêves, à vivre selon leurs aspirations profondes. C'est juste que ces personnes ont placé la barre tellement haute, qu'il est presque inhumain de parvenir à l'atteindre. Comme l'adage populaire le dit, « Rome ne s'est pas construit en un jour ! », il en va de même pour sa propre construction, dont l'estime de soi fait partie. S'aimer, s'estimer veut quelquefois tout simplement dire s'accorder du temps, se montrer patiente, comme on saurait l'être avec une amie.
Alors comment faire pour améliorer l'estime de soi, pour prendre confiance en soi ?
Se donner des objectifs réalisables est la base du développement de l'estime de soi. Aussi petits soient-ils, la réussite de ses objectifs permet de renforcer, à chaque fois, son estime personnelle, son sentiment de compétence, sa confiance en soi et, par conséquent, de nourrir l'estime de soi, de la développer. De plus, chaque petite réussite constitue une nouvelle pierre apportée à son édifice personnel et nous permettra, avec un peu de ténacité, d'aborder des objectifs plus grands.
Pourquoi la répétition de réussites, d'actions est-elle si importante ?
Car l'estime de soi n'est jamais rassasiée une fois pour toutes, elle nécessite un entretien. Comme la nourriture physique que nous ingérons, les nourritures de l'estime se vivent, se savourent, se digèrent et la faim se fait de nouveau sentir. Pourquoi ? Parce que le plaisir, que celui-ci soit personnel, professionnel ou amoureux, a comme particularité de s'estomper. Et le plaisir de réussir n'échappe pas à cette règle. Il est donc essentiel de parsemer sa vie de petites réussites.
Il est important de se rappeler que l'un des principaux buts dans la vie, s'il y en a un, c'est bien de se réaliser. Pour cela, il est important de savoir cultiver « l'art de gérer ses aspirations, de trouver un juste milieu, entre rêve et réalité » (C. André).
Mais même la plus insignifiante des réussites nécessite une chose : passer à l'action !

Accepter l'échec

Que ce soient les grandes découvertes scientifiques, les grandes réussites sociales, tous leurs protagonistes ont une chose en commun. Ils ont tous, sans exception, essuyé de multiples échecs avant de réussir. Beaucoup disent d'ailleurs, que pour réussir, il faut d'abord savoir échouer. Et c'est là, justement que le bas blesse quand on a une mauvaise estime de soi. Ce n'est pas tant qu'on ne sache pas réussir, c'est surtout qu'on ne sait pas échouer. On ne s'autorise pas l'échec.
Le plus souvent les personnes à basse estime évitent l'action par peur de l'échec. Leur estime est si fragile que les quelques miettes qui la composent sont encore mieux protégées qu'une banque suisse ! Malheureusement cette attitude les dessert plus que ne les sert. Car, ce faisant, la seule chose qu'il protège est justement... leur basse estime.
Il est donc capital, pour réussir, d'accepter d'échouer. De comprendre que l'échec ne tue pas ! Bien au contraire. Il est le pendant de la réussite.
Ce qui peut empêcher la réussite est aussi parfois... la réussite en elle-même. La réussite suscite des réactions chez autrui. Elle dérange, suscite colère et jalousie. Pour réussir, il faut accepter de déranger l'autre. Et cela est difficile aux personnes à basse estime. Dépendant du regard d'autrui par nature, ces individus se définissent par ce qu'ils voient, ou croient voir, dans l'autre.
Certes, une partie de notre identité est définie par l'autre, par l'extérieur, cependant, il est essentiel de savoir s'en détacher. De savoir faire taire le doute qui paralyse. Nos aspirations profondes ne sont pas nécessairement à l'image de celles de notre environnement. Se respecter signifie aussi vivre selon ses propres désirs et non ceux de son entourage. Pour réussir, il est fondamental de s'autoriser à être soi, de prendre le risque de déranger, de déplaire. Les personnes à mauvaise estime sont le plus souvent dans le déni de la réalité. Elles sont persuadées de ne pas pouvoir s'en sortir seules. Cette fausse croyance les maintient dans la spirale de la dépendance. A ce moment, la lucidité devient un impératif.

Et quand bien même un peu d'aide ou de soutien peut être nécessaire, tout le monde, sans exception, est capable de faire des choses par soi-même.
Et ces petites choses, faites par soi-même, ont le grand avantage de développer la sensation de maîtrise, de compétence, de puissance personnelle, de se rapprocher de son idéal. En résumé, de développer son estime personnelle, sa confiance en soi, l'amour de soi, d'avoir une meilleure vision de soi. En contact avec son vrai soi, elles permettent aussi de mieux se connaître, de mieux s'apprécier. Provoquant une réaction en chaîne, ces petites réussites permettent de mieux savoir gérer les échecs. Et surtout de prendre conscience qu'un échec ne provoque pas un effondrement de soi.

Livre(s) conseillé(s)

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire