Définition

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Estime de soi: définition - estime de soi - la femme et l'amour

Du latin « aestmarer », qui signifie évaluer, l'estime de soi n'est autre que la valeur que l'on détermine avoir. L'estime de soi correspond au regard, au jugement que l'on pose sur soi. D'après le psychiatre Christophe André, l'estime de soi est formée de trois piliers : l'amour de soi, la vision de soi et la confiance en soi. Ce concept, certes subtil mais fondamental, se révèle au travers de trois rapports : le rapport à soi, à l'action et à l'autre. Une bonne estime de soi est le secret des gens heureux, car pour être heureux, il est indispensable de savoir cultiver un rapport sain à soi-même, une bonne (à ne pas confondre avec haute !) image de soi.

Les piliers de l'estime de soi

L'amour de soi, le pilier de base de l'estime de soi ! Comme le psychiatre Christophe André dit : « s'aimer soi-même est le socle de l'estime de soi. Son constituant le plus profond et le plus intime. ». S'aimer soi-même est donc l'acte de s'accepter comme on est. C'est savoir faire taire le critique intérieur pour ne plus être son propre tyran. On s'aime malgré ses défauts et ses qualités. En résumé, on se trouve aimable.
Le deuxième pilier de l'estime de soi est la vision de soi, c'est-à-dire l'image que l'on a de soi. La vision de soi ne s'appuie pas sur la réalité mais sur des convictions, les croyances que l'on entretient vis-à-vis de soi. Ainsi il est possible de cultiver une conviction d'impuissance à agir, nous amenant à devenir impuissantes. Alors que le quotidien nous prouve que cette impuissance relève tout simplement de la perception que l'on a de soi-même et ne tient absolument pas face à une confrontation à la réalité.
Le dernier pilier de l'estime de soi est la confiance en soi. La confiance en soi se résume à notre capacité à agir, à mener une action qui nous permettra d'obtenir ce que nous voulons, à mener à bien nos projets. La confiance en soi nous permet d'entreprendre des actions afin d'avoir la vie qui correspond à nos aspirations.

Ces trois piliers entretiennent entre eux des liens interdépendants. C'est-à-dire que les actes visant l'un de ces piliers a un effet sur les deux autres. Ainsi si l'on améliore la vision que l'on a de soi, la confiance en soi s'en trouvera aussi améliorée, ce qui augmentera l'amour que l'on a pour soi !
L'estime de soi, vertu essentielle pourtant si délicate, est, sans conteste, l'élément de base qui compose non seulement le rapport à soi, mais aussi le rapport à l'autre et à l'action.

Les trois rapports de l'estime de soi

C'est déjà dans le rapport que nous entretenons avec nous-mêmes que l'estime de soi va se révéler. Pilier fondateur du rapport à soi, l'estime de soi va le conditionner. En effet, l'estime de soi, dans son rapport à soi, concerne non seulement le fait de s'accepter comme on est mais aussi de se respecter. Respecter ses besoins, ses désirs, mais aussi ses limites. Ce respect nécessite cependant une bonne connaissance de soi, de ses capacités et de ses imperfections. Comme le dit la psychothérapeute Sylvie Tenenbaum « un soi certes imparfait, mais un soi avec qui vivre en harmonie ». Cette connaissance de soi ne peut éclore que grâce à une certaine maturité et à une grande lucidité sur soi-même, car cette connaissance de soi ne peut prendre appui que sur une véritable conscience de soi.

Étant des animaux sociaux, l'estime de soi va aussi fortement conditionner le rapport aux autres. Une bonne estime de soi permet de s'affirmer face aux autres, de s'autoriser à ne pas être d'accord, de se donner la possibilité de dire non, d'accepter de déplaire, de rompre, etc... L'estime de soi, dans notre rapport aux autres, nous permet ainsi de devenir décideur de notre vie, d'être autonome, de savoir intimement que nous sommes les seuls à savoir ce qui est juste pour nous, personne d'autre.
Enfin, l'estime de soi est notre alliée principale dans notre rapport à l'action. « Plus on s'estime, mieux on agit ! » Ces mots du psychiatre C. André résument parfaitement l'impact de l'estime de soi sur notre capacité à agir. Agir suppose une prise de risque, aussi minime soit-elle. En plus d'une prise de risque, l'action suppose une capacité de décision.

Une estime de soi basse peut ainsi nous maintenir dans le cercle vicieux du doute, paralysant toute action. Autant une haute estime de soi nous pousse à vouloir réussir, autant une mauvaise estime de soi nous contraint à l'inertie par peur d'échouer !

L'estime de soi est donc un élément fondamental de notre façon d'être au monde, il est le meilleur ferment à une vie harmonieuse. Une bonne estime de soi est aussi quelque chose que nous nous devons. Comme le dit Tenenbaum, « Le premier devoir envers nous-mêmes étant de se respecter et de faire vivre toutes ses richesses intérieures ».

Livre(s) conseillé(s)

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire