Ces gestes qui nous séduisent

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Les gestes de la seduction - la séduction - la femme et l'amour

Comment une femme comme Marilyn Monroe , malgré un léger embonpoint, a-t-elle pu renverser le cœur des plus grands de ce monde ? Comment un homme comme Serge Gainsbourg, au visage ingrat, a pu séduire les plus belles femmes de la planète ? Car au-delà de leur plastique, ils ont tout simplement su toucher, émouvoir leur auditoire.
Loin de se résumer à un aspect physique ou à un discours tenu, la séduction relèverait d'un langage beaucoup plus subtil. Comme l'écrit le spécialiste du langage non verbal, Philippe Turchet, dans son livre « Les codes inconscients de la séduction », la séduction « tient à des caractéristiques très fines, qui font oublier l'aspect physique, les imperfections des traits, mais tient à de petits signaux, des micromouvements, qui éveillent chez autrui le désir de s'engager plus avant sur leur territoire. »

Un langage inconscient

Lorsque deux individus interagissent, toute une communication non verbale a lieu. Il paraîtrait d'ailleurs, selon de nombreuses expériences et observations relatées dans le livre de Turchet, que les mots ne représenteraient que 7% des échanges humains. Nous aurions tendance, toujours d'après les observations de Turchet, à baser nos décisions plus sur les gestes perçus que sur les mots entendus. Comme l'écrit Philippe Turchet, la gestuelle « donne véritablement sens à notre discours ». Toutes les parties de notre corps traduisent non seulement nos pensées, mais reflètent aussi l'état d'esprit dans lequel nous nous trouvons à ce moment précis. Les gestes, qui accompagnent les mots, sont un peu notre signature psychologique.
Ainsi, lorsque nous sommes en accord avec nous-mêmes, notre corps traduit cette harmonie. Il en va de même en cas de contradiction. Turchet cite ainsi le cas des microdémangeaisons. Tels les petits picotements que l'on ressent dans les jambes lorsque nous parlons avec quelqu'un alors que nous souhaiterions partir. Le cerveau, suite au désir ressenti de partir, donne l'ordre d'augmenter la circulation sanguine dans les membres inférieurs, afin de permettre la marche, mais si par politesse ou pour toute autre raison, nous sommes dans l'incapacité d'effectuer le mouvement, nos jambes commencent à nous « piquer ». Il en va de même lorsque nous rencontrons quelqu'un qui nous plaît. Nous aurions envie de l'enlacer, mais la bienséance ou la retenue ne permet pas ce geste. Nous ressentons alors de petits picotements dans nos bras. Nos gestes, nos mouvements et notre ressenti physique, sont donc le reflet de nos pensées et désirs. La séduction serait ainsi la combinaison d'une gestuelle ainsi que d'une multitude d'expressions faciales qui ne durent que quelques millisecondes, mais qui suffisent pour être captées par le cerveau et renseignent sur notre ouverture à l'autre.
Cependant, pour que la magie de cette communication subliminale opère, cela nécessite un laisser-aller, « un abandon à la rencontre », comme l'écrit Philippe Turchet. Car la vigilance ou les préoccupations mentales sont autant d'empêchements à la séduction !

Ces gestes inconscients qui séduisent

Au fil des pages du livre « les codes inconscients de la séduction » de Philippe Turchet, nous découvrons les messages cachés de notre gestuelle. Nous y apprenons que certains gestes, mimiques ou micromouvements, sont à même de nous renseigner sur le degré d'ouverture de l'autre, et, par conséquent, que certains gestes nous rendent plus séduisants aux yeux de l'autre. À commencer par le positionnement de notre corps et de notre tête.
Ainsi, une personne sera considérée comme plus séduisante, si, lors de l'échange, elle garde un corps ouvert dans l'espace. C'est-à-dire un corps légèrement pivoté. Car le face à face, les yeux dans les yeux, est avant tout un positionnement de rivalité, qui peut générer de l'agressivité chez l'autre. Une tête légèrement inclinée est aussi le signe que l'on ne cherche pas à dominer. Ce qui induit un sentiment de sympathie naturelle chez l'autre. Si ces positionnements sont favorables à un échange harmonieux, les poignets tournés vers l'autre seraient révélateurs, d'après Turchet, d'un véritable désir d'ouverture à l'autre.
Turchet nous révèle aussi l'importance du toucher lors d'un échange. Si toucher le bras de son interlocuteur pendant moins d'une seconde peut passer inaperçu, il a toujours pour effet de déclencher « un mécanisme de sympathie » et de « renforcer un sentiment de rapprochement affectif. »
Cependant, comme l'écrivait Antoine Gambaud, « Les premiers traits de l'amour partent des yeux et les seconds de la parole. » Car s'il est une partie du corps qui exprime le mieux le désir pour l'autre, il s'agit bien du regard. S'il est aujourd'hui connu que les pupilles ont tendance à se dilater lorsqu'un individu ressent du désir, les yeux ont aussi tendance à s'humidifier sous l'assaut du désir. Mais ce ne sont pas les seuls indicateurs que les yeux renseignent. Dans son livre, Turchet nous révèle aussi, que les yeux nous indiquent si notre interlocuteur nous écoute véritablement ou s'il se joue de nous. Les yeux sont des organes essentiels dans l'appréhension du monde qui nous entoure. Et lorsque nous sommes à l'écoute de ce qui se passe, nous clignons machinalement des paupières. Ce clignement permet tout simplement à notre cerveau d'intégrer des informations extérieures. Un interlocuteur qui cligne des yeux lorsque nous lui parlons indique ainsi qu'il écoute vraiment ce que nous lui disons !
Lors d'une rencontre amoureuse, le regard a aussi naturellement tendance à se porter sur l'objet de son désir. Ainsi, un amoureux transi ne pourra s'empêcher de baisser son regard sur les lèvres de la personne qu'il désire. Car les lèvres sont le premier contact intime que les amants échangeront, et, par appréhension de ce moment si désiré, les amants ne peuvent s'empêcher de s'humidifier la lèvre inférieure avec leur langue. Des microdémangeaisons sur l'arc de Cupidon, situé au centre de la bouche sur la lèvre supérieure, seraient aussi provoquées par un désir sexuel réprimé.
Si la séduction est une combinaison de petits mouvements ou de mimiques, qui rendent l'autre attirant, Turchet nous apprend que tous les gestes ne sont pas des gestes de séduction. Ainsi en va-t-il des auto-caresses dans les cheveux. Si se toucher permet d'attirer le regard d'autrui sur une partie précise de son anatomie, certaines servent juste d'auto-contact doux et agréable.

Cette énumération, des gestes qui séduisent ou nous renseignent sur les intentions de notre interlocuteur, est loin d'être exhaustive, le livre de Turchet en révèle encore bien d'autres. Cependant, les qualités les plus importantes dans la séduction restent la spontanéité et l'honnêteté. Car, si l'on peut feinter quelques attitudes, notre corps et notre visage ne pourront s'empêcher de trahir nos véritables désirs et notre état d'esprit, et cela, à notre insu ! Ainsi, si l'on souhaite plaire sans véritablement s'intéresser à l'autre, le corps trahira, par quelques micromouvements incontrôlables, son manque d'intérêt !

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

style="display:inline-block;width:320px;height:100px"
data-ad-client="ca-pub-5211603583084742"
data-ad-slot="5003539515">

Ajouter un commentaire