Trouver l'âme sœur en 5 étapes

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Trouver l'âme sœur en 5 étapes - rencontre - états d'esprit

Fondatrice des Cafés de l'amour et coach amoureux depuis plus de vingt ans, Bénédicte Ann nous révèle, dans son livre « Le prochain, c'est le bon ! », un programme en cinq étapes pour trouver l'âme sœur.
Une âme sœur plus exactement, car, selon l'auteure, nous n'aurions pas une âme sœur, mais plusieurs. Cependant, pour que cette rencontre amoureuse puisse avoir lieu, il faudrait procéder à un petit état des lieux personnel. Voici donc un petit résumé des cinq étapes à franchir pour être fin prête à rencontrer l'âme sœur.

1 – Faire la paix avec son passé

Certainement l'étape émotionnellement la plus coûteuse, mais aussi une étape indispensable pour faire de la place à l'autre, au sens propre comme au sens figuré.
Pour trouver l'âme sœur, il faut avoir surmonté ses ruptures amoureuses. Mais les blessures amoureuses ne sont pas les seules blessures à surmonter. Les blessures de l'enfance conditionnent aussi les rencontres amoureuses de l'adulte. Si de vieilles blessures se font encore trop sentir, nous aurions alors tendance à choisir des scénarios amoureux qui nous permettraient de revivre ses blessures. Les rencontres se limiteraient alors à n'être que des relations sans issue ou bien des relations de guérison, mais elles ne seraient en rien des relations d'amour.
Comme Marville Hendrix, cité par l'auteure, l'écrit « Votre cerveau reptilien, pris au piège dans un éternel présent, n'a que peu conscience du monde extérieur, il essaie de recréer l'environnement de l'enfance. »
L'influence du couple parental avec lequel nous avons grandi n'est pas à négliger non plus. Car, comme le précise Bénédicte Ann, qu'on le veuille ou non, le couple parental est le modèle de base des relations intimes futures des enfants.
Pour cette première étape, il est donc important de se demander quelle blessure nous avons cherchée à revivre dans nos relations amoureuses passées, mais aussi, quels bénéfices secondaires nous avons pu tirer de nos choix amoureux. Par exemple, choisir une personne qui ne veut pas s'engager permet de ne pas avoir à s'engager.

2 – Assumer sa part de responsabilité dans ses rencontres ratées

La rencontre n'est jamais le fruit du hasard. Elle correspond toujours à une mise en résonance d'une partie, plus ou moins importante, de notre monde intérieur et de notre connu. À quoi correspondent ces rencontres stériles du passé ? Peurs secrètes, croyances limitatives, idées reçues, passé mal vécu, etc.
Même si nous n'en sommes pas coupables, il est aussi important de prendre conscience de sa part de responsabilité dans le fait de rejouer les « bugs » ancestraux qui sont attachés à notre patrimoine familial.
Assumer sa part de responsabilité, c'est aussi prendre conscience que, lorsque nous blâmons l'autre, nous cherchons surtout à lui faire supporter les raisons de l'échec, évitant ainsi toute prise de responsabilité.
Assumer ses responsabilités, c'est enfin accepter de faire preuve d'objectivité en face de certains de ses comportements, tels que le choix de la perfection, l'excuse d'une vie professionnelle trop remplie ou bien encore son intransigeance.

3 – Tenir compte de la réalité des rapports hommes / femmes

Tenir compte de la réalité, c'est comprendre les perspectives amoureuses des femmes selon son âge et son histoire. Nous n'avons pas les mêmes attentes et les mêmes désirs à 20 ans qu'à 40 ans.
Si l'auteure, dans son livre, énumère et présente les profils masculins à éviter, elle prodigue aussi certains conseils à suivre pour ne pas se perdre dans les méandres des propositions.
Ainsi, prendre son temps et respecter son rythme, plutôt que de se laisser imposer le rythme de l'autre, serait la première chose à prendre en compte.
Il est aussi important de tenir compte de l'historique affectif du prétendant. Ainsi, si celui-ci, arrivé à un certain âge, n'a jamais vécu de longues relations amoureuses, cela peut signifier qu'il peut y avoir anguille sous roche. Des relations conflictuelles constantes ou des infidélités récurrentes prédisent le type de relation que la personne est capable d'offrir. Car la croyance « avec moi, ce sera différent », ou encore le célèbre «  mon amour aura raison de ses travers », ne peut conduire qu'à une grande déconvenue et est juste révélatrice d'un désir de toute-puissance infantile toujours pas résolu. Les comportements récurrents le sont pour une raison et il y a si peu de chance pour qu'ils disparaissent, qu'ils sont à considérer comme part entière de la relation à venir.
Comme l'écrit Bénédicte Ann, « Une intrigue qui démarre mal ne s'arrange jamais. Des violons mal accordés ne produisent jamais un joli son. » Car si l'état amoureux peut aplanir les défauts de l'autre, ce n'est que pour un temps. La fin de l'extraordinaire état amoureux et le retour au quotidien signeront aussi le retour de ces dits comportements. Souhaitons-nous vraiment les partager ?

4 – Définir ce que l'on veut

Selon Bénédicte Ann, «  c'est un droit et un devoir de se choisir un partenaire à son goût. ». Pour cela, il est primordial d'effectuer un petit état des lieux personnel pour savoir où l'on en est dans sa vie amoureuse. Que voulons-nous vivre ? Assumons-nous notre recherche ? Quelle relation voulons-nous vivre ? Pourquoi souhaitons-nous avoir une relation intime ? Est-ce dans le but de ne plus être seule ou bien sommes-nous vraiment prêtes à laisser un autre pénétrer dans notre espace intime ? Il est important, précise Bénédicte Ann, de satisfaire les valeurs qui fondent sa personnalité, au risque, sinon, de mettre à mal sa cohérence interne.

5 – Trouver l'homme qui convient

« Vous attirez le reflet de ce que vous émanez ». Avec ces mots, Bénédicte Ann résume parfaitement l'importance de l'image que l'on renvoie à l'autre. Si l'on aime le style apprêté, inutile de préciser l'importance de l'être soi-même. Si au contraire, nous cultivons un style décontracté, il est alors inutile, voire contre-productif, d'emprunter un style qui n'est pas le sien. « Le look doit toujours refléter la personnalité », nous dit l'auteure. Un visage rayonnant et un style qui nous sied, car à notre image, sont donc nos meilleurs atouts.

Pour ce qui est des complexes, malheureusement, l'objectivité n'existe pas. Dans tel cas, il peut s'avérer nécessaire de faire un petit travail sur son estime personnelle.
Lors des premiers contacts, le partage, l'échange et l'écoute, représentent les préalables à la relation. « Quand une âme sœur arrive dans sa vie, la réciprocité et la fluidité devraient caractériser vos échanges. », écrit Bénédicte Ann.

Livre(s) conseillé(s)

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

style="display:inline-block;width:320px;height:100px"
data-ad-client="ca-pub-5211603583084742"
data-ad-slot="5003539515">

Ajouter un commentaire