Le couple fusionnel

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Le couple fusionnel - La relation - La femme et l'amour

Comme l'écrit Francesco Alberoni, la fusion amoureuse, c'est « la paix de se fondre dans l'autre ». Cocon protecteur, la relation fusionnelle demeurerait cependant l'alliance de deux adultes en demande d'une sécurité affective qu'ils ne peuvent trouver en eux-mêmes. Un duo clos sur lui-même, où prédomine la loi du couple au détriment de l'épanouissement personnel.
Si les débuts de la relation amoureuse sont marqués par la fusion amoureuse, car elle est le temps nécessaire afin que l'empreinte du couple se pose en nous, faire perdurer cette relation fusionnelle correspondrait, avant tout, à un besoin infantile non satisfait.
Cette relation est-elle viable ? Oui, selon le psychiatre et sexologue Philippe Brenot, à condition que «  les deux conjoints restent dans la dépendance infantile toute leur vie, et si le milieu familial est suffisamment capable de contrer et d'étouffer les désirs d'évolution. »

Fonctionnement du couple fusionnel

D'après P. Brenot, l'idéal amoureux occidental serait avant tout à l'image d'une culture où prédomine la dépendance infantile. Une culture où l'immaturité affective se dissimule derrière les lettres de noblesse du romantisme, au travers de déclarations d'amour souvent enflammées. « Je ne suis rien sans toi. », ou encore « Tu es ma raison de vivre »... Un romantisme égocentré où l'autre existe, avant tout, pour son bien-être personnel ! Et dans ce monde idéalisé, le couple fusionnel occupe une place de choix.
Le couple fusionnel se distingue, en premier lieu, par son fonctionnement à pensée unique. Un couple où il n'y a plus de moi et toi, mais un nous qui occupe toute la place, parfois jusqu'à devenir trop encombrant, voire tyrannique. Le psychiatre Brenot parle d'ailleurs de « couple-prison » ou de « couple vide». Qu'importe ! Mieux vaut un nous étouffant et tyrannique plutôt que d'affronter son vide intérieur ou l'état de séparation, inhérent à la condition humaine. Et plus le sentiment d'insécurité affective sera dominant, plus les marques d'amour seront exigées. Les partenaires des couples fusionnels sont d'ailleurs, le plus souvent, des personnes extrêmement sensibles au rejet et à l'abandon.
Car au-delà de la relation fusionnelle, c'est la garantie de la présence permanente d'un autre qui est exigée, et ce au détriment de son évolution personnelle. Car seule, cette présence est garante d'un sentiment de sécurité et de paix intérieure. Comme l'écrit le psychologue Moussa Nabati, « toute distinction est synonyme de déchirure, de rupture ». Alors, pour conserver cette illusion d'une fusion totale, on exige de l'autre de penser comme soi.
Les différences individuelles sont gommées au profit d'un fonctionnement commun. Ainsi en va-t-il des différences sexuelles homme-femme, ou de tout autre besoin individuel qui irait à l'encontre de ce « nous conjugal ». Comme l'écrit la psychothérapeute Sylvie Tenenbaum, «  On s'attache à l'autre pour les besoins qu'il est censé satisfaire, non pour ce qu'il est. Les autres aspects de sa personnalité sont, quant à eux, rejetés. »
Au nom de l'amour, non seulement une empathie totale est exigée, mais aussi le partage de tous ses jardins secrets. L'autre ne peut exister en dehors du couple. Les frontières intérieures sont bannies au profit d'une non-distinction des mondes intérieurs des partenaires. Or, comme l'explique le psychiatre Brenot, et bien d'autres spécialistes du fonctionnement amoureux, la richesse et l'élan de vie d'un couple proviennent de ses différences. Le couple doit demeurer l'alliance de deux individualités qui demeureront séparées, quoi qu'il advienne. Quant à l'exigence d'une empathie totale, elle n'est qu'illusion, car il est tout simplement impossible de parvenir à se mettre totalement à la place d'un autre.


Origine du couple fusionnel

Il n'y a pas de hasard dans la rencontre amoureuse. Elle est toujours le résultat de nos schémas affectifs. Et le couple fusionnel n'échappe pas à cette règle. Le couple fusionnel est ainsi la rencontre des fantômes de deux enfants intérieurs, unis dans un contexte thérapeutique, afin de combler certains besoins, dont le deuil n'a pu s'accomplir.
L'individu reste fusionnel, car l'étape naturelle de la fusion mère/enfant n'a pas eu lieu en son temps, de façon satisfaisante. Alors ce besoin demeure, condamnant le sujet à rechercher cette fusion. Comme l'écrit encore la psychothérapeute Sylvie Tenenbaum, "le désir de fusion prend le plus souvent sa source dans un sentiment d'abandon vécu dans les premières années de la vie. Il naît donc d'un immense et irrésistible besoin d'être aimé, de se sentir important." Le désir fusionnel est donc plus grand qu'un désir de sécurité affective, il est une immense demande d'amour, la seule façon de se sentir enfin vraiment exister, comme si, sans cela, la naissance de leur individualité ne pouvait avoir lieu. Malheureusement, ce qui n'a pas eu lieu dans l'enfance, ne peut avoir lieu à l'âge adulte et ce désir de fusion infantile demeure insatiable et empêche justement la naissance de cette individualité.
Car si la relation fusionnelle correspond à un état régressif, (état infantile normalement dépassé, mais dont l'individu ressent le besoin de revivre l'état), la fusion est inhérente au développement de l'être humain. Comme l'explique le psychologue Moussa Nabati dans son livre « Guérir son enfant intérieur », « l'attachement fusionnel primitif est essentiel, sinon le sujet demeure prisonnier du fantôme qui rôde, en quête désespérée d'affection... Le deuil de cet état devient impossible, car il est impossible au sujet de l'utiliser comme socle dans sa vie d'adulte ». Comment faire pour se sortir de là ? Le sujet n'a d'autres choix que de faire le deuil de la mère qu'il n'a pas eue, comme le dit Nabati. D'abandonner cet idéal perdu, dont les désirs n'ont jamais été satisfaits. D'abandonner la position infantile et surtout le bien-être de l'enfance où l'on peut tout exiger sans rien abandonner.

Car un lien sain et adulte exige la responsabilité de prendre en charge la satisfaction de ses propres besoins, de savoir faire des choix, et par conséquent de savoir renoncer. D'accepter son individualité et ses différences, et surtout que ces dernières ne sont pas nécessairement synonyme de séparation mais sont, au contraire, le plus souvent source de richesse pour une vie à deux. Prendre le risque de se différencier pour se donner la chance de prendre conscience que, malgré nos croyances, nous tenons debout tout seul !

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commentaire: 
Bonjour! Pour un reportage TV je recherche une personne ayant une relation fusionnelle avec son conjoint. Pour plus d'infos, voici mon mail: beatricejournaliste@gmail.com / page facebook Béatrice Journaliste. A bientôt!

Commentaire: 
Bonjour,je suis en couple depuis bientôt 18ans.nous avons trois enfants ensembles.Nous sommes un couple fusionnel,je vis depuis plusieurs années des angoisses, je ne sais plus qui je suis ce que Jaime ce qui me fais plaisir,je me suis complètement oubliée dans la relation, j'en souffre au point de ne plus avoir envie de vivre.C'est affreux nous nous sommes séparés a ma demande une fois, mais remis ensembles après 6mois de séparation.A ce moment la je ne savais pas pourquoi je le quitté, suivi pshicologique, médicaments, hospitalisation....Puis j'ai fais une bêtise en le trompant, mais n'arrivais pas a le quitter, il était au courant, j'avais d'emménager, la on c remis ensemble.Et a force d'essayer de comprendre,j'ai réalisée que je n'avais plus d'identité. A ce jour, j'essaie de me retrouver, mais c très dur, car j'avais cette relation avec ma mère, et donc je ne sais pas qui je suis.Pour l'instant je suis la avec lui et nos enfants, je me bat tous les jours pour vivre car mes enfants ont besoins de moi.Je veux les voir grandir ,mais je ne sais pas si notre relation va évoluer je l'espère.Mais différemment.Peut être devraient on se séparés une bonne fois pour toute, mais il y a de lamour et je nais pas envie de reconstruire une vie avec une autre personne,nous avons tout pour être heureux,juste des enfants avec des blessures a l'intérieur dans un corp d'adulte.Voilà je ne sais pas si c'est un témoignage comme celui ci que vous rechercher mais j'avais envie de le posté.