L'amour inconditionnel dans le couple

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

L'amour inconditionnel dans le couple - la relation - la femme et l'amour

« On est en attente d'amour inconditionnel quand on ne s'aime pas. » Tel est le verdict sans appel de Jacques Salomé. L'amour inconditionnel véhicule pourtant l'image d'un amour beau, idéal.
Demande d'amour infantile, l'amour inconditionnel n'a pas sa place dans la relation de couple adulte. Non seulement car il établit un rapport bancal entre les partenaires, mais aussi car il devient vite malsain pour les partenaires, autant concernant leurs responsabilités individuelles, que pour l'avenir du couple.

Un manque d'amour de soi

Bien sûr l'amour inconditionnel est consciemment voulu dans la relation de couple, car il fait preuve d'une réelle bonne volonté à faire fonctionner la relation. Il est devenu, dans le fantasme collectif, la relation d'amour idéal.
Malheureusement, ce terme galvaudé est surtout demeuré incompris. L'amour inconditionnel suppose une acceptation de l'autre sans limite. Or les limites sont nécessaires dans une relation intime. Ces limites sont d'ailleurs posées par le respect pour soi-même. Ainsi il serait malsain de continuer une relation maltraitante sous prétexte d'un amour sans limite pour l'autre.
Cet amour « sans limite » pour un autre n'est que l'expression d'un individu qui n'a aucun respect pour ses propres besoins, qui ne nourrit aucun amour pour lui-même. Et ce manque d'amour pour soi finit par lui faire accepter l'inacceptable, sous couvert du meilleur alibi du monde : l'amour pour un autre. Car il est plus facile et plus acceptable de se dire qu'on tolère ce que l'on ne devrait pas par amour pour un autre, plutôt que faire face à la réalité, c'est-à-dire que l'on continue la relation par manque d'amour de soi. Ce qui est dommage car en entretenant le leurre d'un amour, qui est réellement absent, on s'empêche d'avoir accès à la guérison, à une vie meilleure.
L'amour « sans limite » est donc une preuve d'un manque d'amour pour soi. Car l'amour pour un autre doit s'arrêter où commence l'irrespect pour soi-même, pour ses besoins fondamentaux.

Alors pourquoi les amoureux le clament haut et fort ? Car, malheureusement, ces amoureux sont encore dans le monde de l'infantile, ils cultivent encore l'illusion qu'un seul autre être peut être comblant concernant la satisfaction de tous ses besoins.
Car, soyons honnêtes, il n'est pas rare qu'on l'accorde à l'autre en espérant que cela sera réciproque. Ce qui va à l'encontre même de l'amour inconditionnel qui, lui, ne suppose aucune réciprocité.
L'amour inconditionnel suppose qu'il n'y ait aucune attente en retour. De plus, il interdit toute négociation quant à une quelconque satisfaction de ses propres besoins pour celui qui l'accorde à l'autre. Or le couple adulte est un rapport d'amour égoïste. Égoïste, dans le sens où chacun demeure responsable quant à la satisfaction de ses propres besoins.

L'amour inconditionnel : un rapport bancal à l'autre

Car c'est dans l'inégalité du rapport que prend place l'amour inconditionnel. L'acceptation d'un thérapeute pour son patient, d'un religieux pour ses suiveurs, etc. Mais le couple, pour qu'il demeure vivant et épanouissant doit, lui, se placer sur un pied d'égalité.

Avec l'amour inconditionnel, on assiste à la mise en place de rôles tels sauveur/ sauvé, basé sur des rapports de pouvoir. Car il empêche, comme le dit le psychologue Garneau, le sauvé d'accéder un jour à une véritable autonomie, une véritable indépendance. Le sauveur demeurant avec les clés de la satisfaction des besoins du sauvé.
On voit aussi surtout, lors de demandes d'amour inconditionnel, la mise en place d'un positionnement infantile vis-à-vis de l'autre. Celui-ci se retrouve en charge de la responsabilité de nourrir nos besoins. L'autre se doit d'être comblant.
Il n'est pas rare de voir apparaître ensuite dans ces couples, des revendications car chacun est devenu responsable des besoins de l'autre.
De plus, selon Garneau, en se positionnant dans ce type de rapport à l'autre, on se voit renoncer, peu à peu, à ses propres besoins, ses propres désirs, ses propres objectifs, et cela pour satisfaire les besoins de l'autre.
Alors on constate peu à peu une perte de vitalité, qui peut aller jusqu'à la dépression. Le couple n'est plus une entité de deux individualités mais un couple fusionné où frustrations et désillusions prendront place.
Comment sortir de là ? En renonçant à l'amour inconditionnel comme alibi pour exiger de l'autre la satisfaction de ses besoins. En prenant la responsabilité de ses propres besoins et d'un véritable respect de soi. En grandissant. En se plaçant, non pas dans un rapport fusionné, mais dans l'alliance de deux individualités qui demeureront ainsi et où chacun devra prendre en charge ses propres besoins et s'aventurer dans un « contact réel » avec l'autre.

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire

Commentaires

Commentaire: 
J'ai bien aimé votre article et je vous remercie de votre partage. J'aimerais ajouter quelque chose. Combien de personnes ont tout donné dans une relation de couple, se sont oubliées, et ensuite se séparer en ne comprenant pas ce qui a pu bien se passer ? Avons-nous oublié quelque chose d'important concernant l'amour et ainsi croire en quelque chose de plus petit ? Pour un grand nombre de personnes, la plus grande valeur de l'amour consiste à s'oublier dans une relation de couple, dans une relation amoureuse. De tout faire pour satisfaire l'autre, de le rendre heureux ! Tout cela dit-on, parce que les gens sont trop égoïstes concernant leur désir. Mais quel mal y a-t-il de vouloir satisfaire ses propres désirs ? Est-ce que le mal n'est pas de forcer l'autre, de l'obliger, de le contrôler, de le culpabiliser contre sa volonté, contre sa liberté ? Mais comment savoir ce qui est bien pour l'autre, si ce qui nous fait du bien doit nous faire mal dans nos sentiments véritables ? Nous faisons mal aux autres sans nous en rendre compte, car nous nous faisons du mal sans nous en rendre compte. L'amour de soi est le début de la compassion, de l'amour envers l'autre. http://www.relationplus.org/2015/faites-vous-erreur-relation-couple.html

Commentaire: 
Je pense que le vrai amour inconditionnel ne demande rien en retour, votre analyse ne tient pas

Commentaire: 
Ce que vous analysez ici c'est la dépendance affective au sein du couple et non l'amour inconditionnel… C’est dommage car vous mélangez les deux sujets. L’acceptation de tout, la négligence de ses propres besoins pour ne pas risquer de perdre l'autre, c'est de la dépendance. L'amour commence par soi-même, c'est la base. Quelqu'un qui ne s'aime pas ne peut faire l'expérience de l'amour inconditionnel, il fait celle de la dépendance affective. L'amour inconditionnel n'est pas confiné à la relation de couple, bien au contraire. Mais il peut très bien exister au sein d'un couple en harmonie. C’est bien la relation de couple, la vie à deux, qui suppose une certaine complémentarité des besoins de l’un et de l’autre. Cela ne signifie pas que l’amour qui les unis est conditionné à la satisfaction de ces besoins! On peut changer de "mode relationel" si la relation de couple ne satisfait pas à nos besoin fondamentaux, mais sans que l'amour ne s'arrête pour autant! D'ailleurs s'il est inconditionnel, il ne s'arrêtera pas! C'est un véritable amour, de soi et de l'autre. Il n'existe pas sans le respect de soi et de l'autre. Si le mode relationnel "couple" ne satisfait pas ou plus, on créera alors autre chose. Une relation est quelque chose d'évolutif, de vivant tout comme les deux individus qui la façonnent. Lorsqu’on aime inconditionnellement, on accompagne l’autre, mais on ne se sacrifie pas pour autant! Votre phrase "l'amour pour un autre doit s'arrêter où commence l'irrespect pour soi-même, pour ses besoins fondamentaux" ne saisi pas la nature profonde de l'amour inconditionnel. C'est une énergie puissante et expansive, qui transforme l'individu, le libère et non le restreint. Mais il est vrai, et je vous rejoindrai sur le fait qu'il ne devrait pas être confondu (servir d'alibi comme vous dites) à une relation de dépendance/co-dépendance. Mon compagnon et moi-même sommes liés depuis nos débuts par cet amour inconditionnel. Par contre, il nous aura fallu prés d'une décennie pour réussir à être un couple épanouit. Pendant longtemps, nos besoins fondamentaux respectifs, en terme de développement personnel, étaient incompatibles avec une vie à deux. Mais jamais il n'a été question de cesser de s'aimer, ou de sortir de la vie l'un de l'autre. Nous avons été amoureux, amis, nous avons essayé le "mode couple » et cela n'a vraiment pas marché, nous avons voulu et eu un enfant ensemble, nous avons été parents sans vivre ensemble, nous avons vécu d'autres relations, nous avons tellement grandit, évolué en parallèle. Nous nous sommes presque toujours compris, nous nous sommes toujours dit que nous nous aimions. Nous nous sommes chacun trouvé nous-même, profondément. Tout cela pour finalement nous unir dans une relation de couple harmonieuse lorsque nous avons été prêts. Cela aura été tout un cheminement vers l’union. L'amour, lui, n'a jamais cessé, bien au contraire! Il a été notre guide. C'est bel et bien un amour inconditionnel. Un amour avec une composante fraternelle/amitié profonde certainement plus importante que les composantes romantiques ou érotiques, même si elles sont présentes elles aussi. Et nous sommes convaincus qu’il a été, pour nous deux, un formidable moteur d’évolution personnelle! Alors, je comprend bien le message que vous voulez faire passer concernant la dépendance mal déguisée en faux amour inconditionnel, mais s'il vous plait, ne méprisez pas le véritable amour inconditionnel! C'est une valeur sure dans ce monde!

Commentaire: 
Merci pour ce témoignage qui réconcilie amour inconditionnel et respect de soi souvent opposés dans la littérature alors qu'ils ne sont qu'un : pour aimer inconditionnellement et donc sans dépendance affective qui fait par nature du retour affectif de l'autre une condition , il faut s'aimer soi même très profondément. S'apprécier à sa juste valeur, connaître ses limites, s'autoriser à changer d'avis, de valeurs, de trajectoire en douceur et conscients des incidences sur nos proches, à être faillible, à progresser, à se pardonner... Et c'est, pour moi en tous cas, le chemin d'une vie. Ce que vous décrivez de votre parcours me touche beaucoup. Je trouve cela beau. Merci pour ce partage et que votre route continue ce chemin sinueux ou pas au gré de la vie :)

Commentaire: 
L'Amour inconditionnel est sans attente. S'il y a une attente quelconque, ce n'est pas de l'amour inconditionnel. Attendre c'est donner et compter recevoir en retour. Si l'on attend quelque chose en retour, l'objet de cette attente sera souvent déçue, car ne correspondra jamais parfaitement à notre idée attendue initialement. L'Amour inconditionnel n'est pas à la portée de tous. C'est un amour donné sans condition. C'est donc un amour où celui qui donne n'attend rien en retour. Contrairement à ce que certains ont pensé, l'amour inconditionnel n'est donc pas une demande d'amour infantile, mais bien l'Amour Pur créé par une personne, souvent adulte, responsable de ses sentiments et non dans l'attachement. L'Amour inconditionnel a donc toute sa place dans la relation entre adulte. L'Amour inconditionnel peut même évoluer, se développer et s'épanouir dans une relation de couple entre adulte. La responsabilité est l'un des maître mots dans ce type de relation. Être fidèle à soi même, tout en assumant ses choix, décisions et actions dans chaque instant présent. Basé sur cet amour, la relation est saine, car étant fidèle à soi même la personne reste dans une sincérité, une honnêteté qui permet à chacun de suivre son propre cheminement intérieur et extérieur. Un Amour de soi Bien sur, l'amour inconditionnel n'est pas souvent voulu dans les couples où résident régulièrement le sentiment d'attachement et d'appartenance qui parasite le bon fonctionnement d'une union durable et saine. Très souvent galvaudé, l'Amour Inconditionnel reste souvent incompris. L'Amour inconditionnel est l'acceptation de soi comme de l'autre sans limite dans ses choix, décisions et réaction ou actions. Croire qu'il faut des limites dans une relation c'est croire que l'être humain est limité. Nos limites sont celles que nous décidons de nous donner. Notre limite est dans l'acceptation de notre propre identité et de nos propres choix. Nos limites se réfèrent ainsi à nos propres conceptions de ce qui est acceptable, juste pour nous même ou pas, selon nos croyances, nos idées conçues ou préconçues, nos conditionnements passés. Nos limites sont posés par le respect que nous avons de nous même, de l'amour propre que nous nous donnons à nous même. Ainsi il est souhaitable de ne pas confondre l'emprise d'un “amour égoïste“ et d'attachement lié à de la maltraitance physique ou psychologique et l'amour inconditionnel où le respect de soi comme de l'autre est intrinsèque. C'est donc le manque d'amour à soi qui fait accepter l'inacceptable par la personne qui nage dans l'attachement et l'amour égoïste, nourrit pas l'égo et les systèmes égotiques. Il est plus facile de se cacher derrière un faux amour égotique que de faire face à soi même comme à l'autre et de voir nos propres faiblesses, nos propres failles. La voie de la facilité est toujours celle de la souffrance. Il est alors possible de choisir de surmonter, de dépasser l'attachement égotique et les faiblesses qui en découlent pour aller vers une voie d'expression des blessures et des souffrances pour s'en défaire dans une démarche cathartique. La voie de la guérison passe par l'expression de toutes nos émotions, pour éviter la cristallisations de certaines sur notre corps, nos corps. L'amour sans limite est donc la manifestation d'un infini amour de soi et de l'autre. Car l'amour de soi comme de l'autre entraîne indubitablement un respect pour soi comme pour l'autre dans la satisfaction de nos besoins fondamentaux. Alors pourquoi les amoureux clament haut et fort ce type d'amour infantile qu'est l'amour égoïste? Malheureusement, les amoureux sont encore dans un monde infantile, infantilisant. Ils cultivent l'illusion qu'un seul autre être peut être comblant concernant toutes les satisfactions de nos besoins. Et si je peux m'exprimer ainsi, un certain Walt D. a sa part de responsabilité dans le fiasco des relations de couples actuels. Ce génie a malheureusement construit une fable bien ficelé sur les rapports hommes femme où l'homme serait un prince charmant et la femme une princesse. C'est un mythe, et pour que cela puisse marcher, comme tout mythe il est basé sur une histoire passé, une base d'une certaine réalité. Comme me disait ma voisine, qui est une femme d'une intelligence vive “Le prince est au rayon biscuit et c'est le seul prince marchand que je connais“ Soyons honnête, nous donnons souvent en espérant un retour de l'autre, une réciprocité. C'est cette attente qui fausse tout et qui crée et renforce le manque d'estime, d'amour de soi. Dans l'Amour inconditionnel, il n'y a aucune attente en retour pour soi. Le couple actuel étant souvent basé sur ces rapports d'amour égoïste, il parait clair que chacun tente à ce moment là de satisfaire ses besoins fondamentaux et quelques fois en niant les besoins fondamentaux de l'autre. Egoïste dans le sens que c'est les systèmes égotique qui manipulent les effleurements de conscience ce qui fait que la personne est sous l'emprise égotique d'une illusion de la satisfaction de ses propres besoins fondamentaux. Ceux ci ne seront jamais vraiment satisfait car jamais vécu dans un instant présent perpétuel, mais dans le ressassement du passé et une fuite en avant L'Amour Inconditionnel un rapport équilibré à l'autre Car c'est dans un équilibre à soi que prend place l'amour inconditionnel. L'acceptation de toute notre identité relative et absolue. C'est prendre une conscience fine que tous nous sommes différent dans le point de vue relatif et que tous nous sommes UN dans l'absolue. Pour que le couple soit épanouissant, il se doit de s'ouvrir sur toutes ces facettes antérieures pour s'en libéré dans l'instant présent qui est le seul moment réellement tangible. Il n'y a pas d'égalité dans la différence, il y a du respect dans l'authenticité de la différence à soi comme à autrui. Le changement amène la différence. Je ne suis pas le même que celui que j'étais hier, et je ne suis pas tout à fait le même que j'étais ce matin. Tout change imperceptiblement tous les jours voir quelques fois complètement. Nous devons prendre conscience que notre conscience vive d'environ 5% de notre réalité doit nous permettre de nous ouvrir sur les autre 95% de notre réalité inconsciente. Avec l'amour égoïste, nous voyons mis en place les notions de “sauveur-sauvé“ basé sur des rapport d'illusion de pouvoir. Le seul pouvoir que nous avons c'est le pouvoir que nous avons sur nous même d'avancer pour augmenter d'une part notre champs de conscience et d'autre part de penser, de choisir, de décider et d'agir en pleine conscience. Dans l'amour égoïste, le sauvé est, de par son statut, empêché d'accéder un jour à une véritable autonomie, une véritable indépendance car lié au sauveur par un une ascendance. Le sauveur demeurant avec les clés de la satisfaction des besoins du sauvé. Nous voyons aussi surtout, lors de demandes d'amour égoïste, la mise en place d'un positionnement infantile vis-à-vis de l'autre. Celui-ci se retrouve en charge de la responsabilité de nourrir nos besoins. L'autre se doit d'être comblant. Il n'est pas rare de voir apparaître ensuite dans ces couples, des revendications car chacun est devenu responsable des besoins de l'autre. De plus en se positionnant dans ce type de rapport à l'autre, on se voit renoncer, peu à peu, à ses propres besoins, ses propres désirs, ses propres objectifs, et cela pour satisfaire les besoins de l'autre. Alors on constate peu à peu une perte de vitalité, d'identité qui peut aller jusqu'à la dépression, le mal à dire, la maladie. Le couple n'est plus une entité de deux personnalités mais un couple fusionné où frustrations et désillusions égotique prendront place. Comment sortir de là ? En renonçant à l'amour égoïste comme alibi pour exiger de l'autre la satisfaction de ses besoins. En prenant la responsabilité de ses propres besoins et d'un véritable respect de soi. En grandissant. En se plaçant, non pas dans un rapport fusionné, mais dans l'alliance de deux personnalités équilibrées qui demeureront ainsi et où chacun devra prendre en charge ses propres besoins et s'aventurer dans un énergétique subtile et réel avec l'autre. L'Amour inconditionnel, sans condition n'est pas ou ne doit pas être l'abandon de nos responsabilités ou de nos besoins. Il donne à l'autre l'opportunité d'avancer dans ses choix, dans ses décisions, dans ses actions en pleine conscience dans chaque instant présent. L'Amour inconditionnel c'est donc s'aimer soi-même comme l'autre dans toutes nos complexités égotique sans condition, dans l'acceptation de nos blessures passées et de nos Lumières intérieures. L'autre étant, souvent, un prolongement de soi sans cette illusion de séparation qui divise l'intérieur ou l'extérieur, le Yin ou le Yang. Laisser le voile de l'illusion glisser c'est s'ouvrir à cette réalité du Tao: TOUT EST UN. TOUT EST AMOUR. Williams NB: Un grand merci à Anne Marie et à Jacques S. ♥ ☼ http://choisissez.agissez.over-blog.com/2017/04/l-amour-inconditionnel.html