Un esprit vagabond n'est pas un esprit heureux

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Un esprit vagabond n'est pas un esprit heureux - bien-être - états d'esprit

Nous passerions en moyenne 46,9% de notre temps éveillé à penser à autre chose qu'à ce que nous faisons. Et c'est ce vagabondage mental qui nous empêcherait d'expérimenter un sentiment de bonheur. C'est en tout cas ce que vient de montrer une recherche effectuée par les psychologues Matthew Killingsworth et Daniel T. Gilbert de l'Université de Harvard.
Cette étude universitaire corrobore donc l'hypothèse de certaines philosophies orientales, comme le bouddhisme, qui avancent l'idée selon laquelle vivre dans le présent est la condition sine qua non d'un esprit heureux. La pratique ancestrale de certains exercices de méditation, qui consistent à empêcher son esprit de vagabonder et à se concentrer sur le présent pour améliorer le sentiment de bien-être, serait donc une valeur sûre pour qui veut se sentir heureux !

Un fonctionnement humain par défaut

Que ce soit au sujet de situations passées ou futures, soit, parfois même, de situations qui n'arriveront jamais, le vagabondage mental semble être, selon les deux chercheurs, le mode opératoire par défaut du cerveau humain. Malheureusement, si posséder la capacité de pouvoir faire quelque chose tout en pensant à autre chose peut être la source d'une grande efficacité, « la capacité à penser à autre chose qu'à ce qui se passe dans le présent est un accomplissement, qui s'accompagne d'un certain coût émotionnel », explique le psychologue Killingsworth. Tout au long de l'étude, les deux chercheurs ont pu constater à quel point l'esprit humain était imprégné par le non présent.

Pour mener à bien cette recherche, Matthew Killingsworth a conçu une application smartphone pour contacter à intervalles de temps aléatoires, les quelques milliers de volontaires, choisis selon la méthode des quotas. Cette application permettait ainsi de leur demander à divers moments de la journée, s'ils se sentaient heureux, ce qu'ils faisaient et s'ils pensaient à ce qu'ils faisaient ou à autre chose de plaisant, neutre ou déplaisant.
46,9% du temps, l'esprit des volontaires vagabondaient. Lorsqu'ils étaient engagés dans une activité (marcher, manger, travailler, etc...), leur esprit vagabondait au moins 30% du temps, sauf lorsqu'ils étaient engagés dans des rapports sexuels.
Les chercheurs ont ainsi découvert que certaines activités favorisaient la concentration de l'esprit sur le moment présent. Ainsi faire l'amour, pratiquer une activité physique ou engager une conversation sont les activités qui rendent les gens plus heureux.
À l'opposé, se reposer, travailler et passer du temps derrière un ordinateur, étaient les activités qui permettaient le moins d'expérimenter un sentiment de bonheur.
Les analyses sur une durée de temps plus longue ont permis de montrer que le vagabondage mental n'était pas la conséquence de l'absence de sentiment de bonheur mais plutôt sa cause ! En d'autres mots, moins nous savons nous concentrer sur le moment présent, moins nous sommes capables d'être heureux. Le vagabondage mental et l'incapacité à se concentrer sur le présent seraient d'ailleurs, selon Killingsworth, un excellent prédicateur de bonheur. Bien plus que les activités effectuées.

Source : La Gazette de Harvard

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire