L'ocytocine, un anxiolytique naturel ?

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

L'ocytocine anxiolytique naturel - bien-être - Etats d'esprit

Joliment surnommée l'« hormone du câlin » l'ocytocine fut d'abord reconnue comme vasodilatatrice (phénomène physiologique permettant entre autres l'érection), ainsi que pour son action dans le déclenchement de l'accouchement. En s'intéressant de plus près à cette hormone, dotée également de la fonction de neuromédiateur, le monde des neurosciences mit rapidement à jour son rôle dans la relation mère-enfant. Ce fameux peptide serait en effet à l'origine du renforcement du lien filial. Il ne fallu pas longtemps pour comprendre que ce neuromédiateur favorisait aussi l'attachement amoureux.
Outil biologique, venant renforcer le lien amoureux et la cohésion sociale, de récentes recherches en neurosciences viennent de montrer que cette fameuse hormone du câlin aurait des propriétés anxiolytiques, ce qui ferait d'elle un remède efficace pour lutter contre l'anxiété et la dépression. Cependant, comme avec toute bonne chose, l'équilibre est de mise et le recours à l'ocytocine en tant que médicament ne serait pas à prescrire aux individus en bonne santé !

Un remède contre l'anxiété et la peur ?

Dernièrement, des chercheurs de l'Université de Bonn en Allemagne ont pu prouver, grâce à l'imagerie cérébrale, que l'ocytocine avait une incidence sur le fonctionnement de l'amygdale (centre émotionnel du cerveau) ainsi que sur certaines parties du cortex préfrontal (en charge du contrôle des émotions et des comportements). Lors de cette expérience, des volontaires étaient soumis à des images associées à la peur ainsi qu'à la possibilité d'être soumis à des décharges électriques. Après absorption par voie nasale d'ocytocine, les chercheurs ont pu observer une modification dans l'activité de l'amygdale accompagnée d'une diminution du sentiment de peur, ainsi qu'une baisse dans la production de sueur, phénomène physiologique accompagnant le sentiment de peur.
De nombreuses études biologiques conduites sur l'ocytocine ont ainsi pu montrer que l'absorption de cette hormone provoquait systématiquement une baisse du rythme cardiaque et de la pression sanguine, amenant l'individu à expérimenter un sentiment de calme et de sécurité. Grâce à ses effets sur le système nerveux parasympathique, l'ocytocine réduirait donc grandement l'anxiété et serait par conséquent un parfait anxiolytique.
En réduisant la peur et l'anxiété, l'ocytocine aurait des conséquences directes sur les comportements humains et sur la perception du monde extérieur. Selon la renommée Université MacGill, les propriétés de l'ocytocine agiraient ainsi directement sur le comportement social de l'être humain, en favorisant la confiance et le rapprochement entre les individus. Elle inhiberait les comportements agressifs et rendrait plus optimiste. Des études menées par cette université ont montré que, sous l'effet de l'ocytocine, les personnes garderaient mieux en mémoire les visages joyeux que tristes, mais aussi reconnaîtraient mieux les indices sociaux positifs que menaçants. L'ocytocine serait-elle le philtre du bonheur ?

L'ocytocine, que du bonheur ?

Diminution de l'anxiété et du sentiment de peur, amélioration de l'empathie et de la confiance en son prochain, l'ocytocine démontre, une fois encore, son rôle prédominant dans la stabilisation des liens sociaux, autres qu'amoureux ou filiaux. En induisant un sentiment de bien-être et de sécurité, ceci grâce à son effet anxiolytique, l'ocytocine permet à l'individu de favoriser des comportements de type coopératif plutôt que ceux de type agressif. Elle pousserait aussi à éviter l'isolement social, ce qui pourrait être bénéfique pour les personnes souffrant de dépression. Toutes ces perspectives sont une bonne nouvelle pour les personnes atteintes de troubles anxieux ou phobiques, ainsi que pour les personnes atteintes de troubles dépressifs. Sans oublier les troubles mentaux entraînant des difficultés sur le plan des interactions sociales, tel l'autisme.
Mais que se passe-t-il lorsque l'on administre une dose d'ocytocine à des personnes en bonne santé mentale ? Ce sont les recherches du professeur Christopher Cardoso de l'Université de Columbia qui nous apportent un début de réponse. Selon le chercheur, administrée à une personne en parfaite santé mentale, l'ocytocine provoquerait une plus grande sensibilité. « Donner de l'ocytocine, c'est comme mettre des lunettes à un enfant. S'il ne voyait pas avant il s'impliquera davantage en classe puisqu'il sera capable de voir le tableau. Mais s'il voyait déjà bien, sa vision s'embrouillera. » Ainsi, lors d'une de ses expériences menée sur un groupe de jeunes femmes, à qui l'on avait administré une dose de cette fameuse hormone du câlin avant de se rendre à un premier rendez-vous galant, ces dernières ne savaient plus faire preuve de discernement lorsqu'il s'agissait de jauger l'individu qui se trouvait en face d'elles. Les mimiques et les gestes de leur interlocuteur étaient surinterprétés par ces dames, ne sachant plus ce qu'elles devaient en comprendre.
Alors si l'ocytocine fait aujourd'hui figure d'hormone du bonheur et de remède-miracle à bien des maux humains, il ne faut cependant pas oublier que, comme avec toute chose, le bien-être se situe avant tout dans l'équilibre. Car, si l'anxiété est un mal à soigner, la méfiance et l'agressivité sont des émotions nécessaires à l'être humain, afin que celui-ci sache, non seulement jauger les situations qui se présentent à lui, mais aussi faire face à l'adversité en cas de besoin !

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire