Ronron thérapie et autres bienfaits du chat sur l'Homme

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Ronron thérapie - bien-être - Etats d'esprit

Porte-bonheur pour certains, animal mystique pour d'autres, le chat a toujours occupé une place de choix au côté de l'Homme. Si les chats ont un rôle sanitaire en milieu agricole, ils n'ont pourtant jamais été aussi nombreux dans les foyers dépourvus de rongeurs.
Pourquoi cet engouement pour ces petites boules de poils ? Peut-être tout simplement car leur compagnie procure un grand bien-être à leurs compagnons à deux pattes. ( Les chats perçoivent l'Homme, non comme leur maître ,mais comme un égal avec qui ils partagent leur habitat et qui, en plus, a la gentillesse de remplir leur écuelle sans rien demander en échange !) Stress, anxiété, insomnie, solitude, les maux, sur lesquels la compagnie des chats agirait, seraient en effet forts nombreux. Quant à leur ronronnement, il serait si bénéfique pour l'Homme, que certains ont fini par considérer le chat comme un thérapeute à domicile.

La ronron thérapie ou l'art de se détendre

C'est au vétérinaire toulousain et spécialiste de médecine naturelle, Jean-Yves Gauchet, que l'on doit la découverte de la ronron thérapie. Selon lui, le ronronnement d'un chat serait aussi puissant qu'un médicament, mais entièrement dépourvu d'effet secondaire. Telle une musique, le ronronnement du chat nous mène facilement à l'endormissement. Pourquoi ? Car le ronronnement vibre à une basse fréquence, entre 20 et 50 hertz, ce faisant, par effet de contagion, notre propre fréquence baisse. Il s'ensuit une baisse du rythme respiratoire, un relâchement des muscles et une diminution du rythme cardiaque. Bref, un état de relaxation proche de celui de l'endormissement.
Mais les bienfaits de la ronron thérapie ne se limitent pas à son effet soporifique. Dans son livre « Mon chat et moi, on se soigne ! », le vétérinaire Jean-Yves Gauchet nous explique comment nos récepteurs cutanés (corpuscules de Pacini) vont percevoir ces vibrations, spécifiques au ronronnement du chat, et provoquer la sécrétion d'endorphines, procurant un état d'apaisement et de bien-être. « L'écoute du ronronnement est une véritable thérapie, dans le sens d'un Yin généralisé. ». Tranquillisant, somnifère et antidépresseur naturel, le ronronnement ferait du chat un véritable petit thérapeute à poil, qui pourrait ponctuellement améliorer notre sentiment de bien-être !
Si chaque chat a un ronronnement particulier, dépendamment de sa cage thoracique, le ronronnement ne se limite pas à être un signe de bien-être, précise le vétérinaire toulousain. Il peut tout aussi être un signe de reconnaissance (notamment lorsque son repas lui est servi), de confiance, une invitation au contact mais aussi un signal de souffrance ou de détresse. Pourquoi le chat ronronne-t-il en cas de souffrance ? Car le ronronnement du chat serait, en cas de lésion, un excellent booster de défenses auto-immunitaires. Ainsi, un chat guérirait trois fois plus vite d'une fracture osseuse que tout autre animal. C'est ce qu'avance Véronique Aïache dans son livre « La ronron thérapie », se référant à quelques travaux menés par le corps médical américain.

Autres bienfaits du chat sur l'Homme

Selon le coach animalier Joël Dehasse, le chat serait aussi un formidable substitut de bébé pour l'homme. Maternage, caresse, tout nous pousserait à traiter le chat, même adulte, comme un nouveau-né. Il n'y a d'ailleurs qu'à observer la plupart des propriétaires adopter un langage infantile lorsqu'ils s'adressent à leur petite boule de poils préférée ! C'est ainsi que les « Oh, il est content le chachat ! » et autres « Minou,minou ! » agrémentent volontiers les attentions qui lui sont portées.
Et les chats ne les laissent pas en reste. Ils répondent volontiers par des miaulements adaptés à l'homme. Car les chats ne miaulent pas entre congénères. Ces miaulements sont spécifiquement réservés à l'Homme. Eh oui ! Lui aussi a créé un langage pour s'adresser aux humains ! Chaque type de miaulement est d'ailleurs porteur d'un message particulier, comme l'explique si bien Jean-Yves Gauchet dans son livre. On y retrouve des « Salut », « Manger », « Regarde-moi », « Laisse-moi tranquille ! », « Ouvre la porte »,etc, tous correspondant à des miaulements différents.
Quant aux moments de jeu, le chat permet de retrouver un peu de sa spontanéité d'enfant, qui permet à chacun de relâcher un peu la pression et d'oublier les tracas du quotidien.
Mais impossible de parler des chats sans parler de sensualité. Dans la société humaine, les caresses sont devenues tellement codifiées, que le toucher et la sensualité sont devenus une affaire de sexualité. On ne peut toucher qui l'on veut sans que le toucher prenne une dimension sexuelle. Seules les caresses envers son bébé ont gardé une innocence.
Pourtant, les moments de sensualité sont d'une grande importance pour le bien-être de l'Homme. Animal tactile par excellence, le chat nous offre la possibilité de vivre une sensualité et des moments de pure douceur sans arrière-pensée. Le chat, explique Jean-Yves Gauchet, est doté de milliers de connexions nerveuses sous la peau (très nombreuses au niveau du dos), libérant des neuromédiateurs connus pour leur rôle apaisant (endorphine, ocytocine) lorsqu'ils reçoivent des caresses ou qu'ils se lovent contre nous. Et c'est aussi ce qui se passe dans notre organisme lorsque l'on s'offre un moment câlin avec notre petite boule de poils.

Moments de détente, de douceur, de jeux spontanés, les chats nous ravissent de leur présence et sont une véritable compagnie pour l'Homme. Quand bien même nous n'aurions pas de chat à domicile pour profiter de leurs vertus, de nombreux cafés à chats ont ouvert leurs portes aux quatre coins du monde, nous offrant la possibilité de passer un petit moment en leur compagnie. Lancé à Taïwan, il en existe aujourd'hui à Paris, Montréal, Lyon, Vienne... Et devant leur succès, il y a fort à parier que leur nombre va vite augmenter... À condition, bien sûr, que leur bien-être soit lui aussi assuré !

Livre(s) conseillé(s)

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire