Les hormones du bien-être

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Les hormones du bien-être - bien-être - Etats d'esprit

Stress, anxiété, dépression, les maux de la société actuelle sont nombreux. Selon une étude scientifique, le sentiment de bonheur serait conditionné à 50% par nos gènes. Les 50 % restants reposeraient sur un art de vivre. Car, estime le psychiatre Christophe André, le bonheur est avant tout un état d'esprit qui se travaille et se cultive. Alors, si la vie et notre patrimoine génétique ne font pas de nous les gens les plus heureux au monde, il existe toutefois quelques attitudes à cultiver pour améliorer notre sentiment de bien-être.
Chaque action et chaque expérience sont traitées et analysées par le cerveau. Ainsi, si une situation stressante entraîne la libération de cortisol, provoquant un état d'alerte et de tension, d'autres actions et situations sont enclines à provoquer la libération d'hormones qui procurent naturellement un sentiment de bien-être. Mais quelles sont ces hormones qui nous font nous sentir bien et comment favoriser leur production ?

La dopamine

La dopamine est le neurotransmetteur clé dans les circuits neuronaux de récompense. Lorsque quelque chose nous procure du plaisir, notre organisme se trouve inonder de dopamine, provoquant automatiquement un sentiment de bien-être. Les circuits dopaminergiques vont alors nous pousser à réitérer ce même comportement afin de revivre ce sentiment de bonheur. Il ne faut pas grand-chose pour booster la production de dopamine.Un compliment ou un but atteint suffisent.
Se donner un ou deux objectifs réalistes à accomplir chaque jour est donc un moyen de favoriser le sentiment de bien-être au quotidien. Ranger un placard, marcher quinze minutes, tenir un engagement, tout objectif réaliste verra son accomplissement béni par un sentiment de bien-être grâce à l'action de la dopamine. De plus, une étude menée par l'Université américaine MacGill a démontré qu'écouter de la musique qui procure des frissons augmente de façon significative le niveau de dopamine dans l'organisme.

La sérotonine

Rendue célèbre par les antidépresseurs de type ISRS (Inhibiteur sélectif de recapture de la sérotonine), la sérotonine participe beaucoup au sentiment de bien-être. Neurotransmetteur, la sérotonine combat naturellement les états dépressifs et anxieux.
Pratiquer quotidiennement de l'exercice physique, tel que la marche, est la façon la plus efficace et la plus naturelle de favoriser sa production. Selon les nutritionnistes, les aliments riches en carbohydrates (miel, céréales complètes) favoriseraient la production de sérotonine. Ce qui expliquerait aussi nos envies gourmandes lorsque nous nous sentons déprimés.

L'ocytocine

Neurotransmetteur et hormone, l'ocytocine est connue par être l'hormone du bonheur par excellence. Surnommée l'hormone de l'amour, l'ocytocine est un anxiolytique naturel. Elle serait aussi l'hormone du lien social. Sa production est favorisée lors d'échanges aimants ou amicaux avec ses proches. (voir article)

Les endorphines

Hormones naturelles, les endorphines sont des analgésiques naturels, dont les effets se rapprochent de ceux des opiacés. C'est pourquoi le sport est un excellent vecteur de bien-être. En travaillant ses muscles, le corps libère naturellement des endorphines pour contrer les douleurs physiques susceptibles d'apparaître, jusqu'à provoquer un état d'euphorie. Ce qui explique l'addiction de certaines personnes au sport. Manger du chocolat noir ou du piment augmenterait aussi, mais en moindre quantité, la libération d'endorphine.

L’œstrogène

Stabilisateur d'humeur, l’œstrogène aide à la production de sérotonine et, par conséquent, lutte contre l'irritabilité et l'anxiété. Son niveau dans l'organisme baisse naturellement chez les femmes à l'orée de la ménopause. C'est pourquoi des thérapies hormonales sont proposées aux femmes entrant dans cette phase. Fumer et pratiquer une activité physique extrême peut entraîner une baisse de la production d’œstrogène. Par contre, cultiver des activités relaxantes de type yoga, méditation, massages contribueraient à conserver un niveau optimal d’œstrogène dans le sang.

La progestérone

La progestérone est une hormone qui facilite un bon sommeil et lutte naturellement contre les sauts d'humeur et l'anxiété. À l'instar de l’œstrogène, la progestérone baisse considérablement dans l'organisme chez les femmes dès la préménopause. Cette baisse peut être accélérée par un mode de vie stressant et une mauvaise alimentation, riche en gras saturés et en sucre. Il est donc important d'apprendre à bien s'alimenter avant d'entreprendre une thérapie hormonale de remplacement.

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire