Pourquoi regarder la série "Masters of sex" ?

Retrouvez-nous sur

Twitter icon
Facebook icon
Google+ icon
RSS icon

Par Anne Marie

Serie Masters of sex - sexualité - la femme et l'amour

1956, État du Missouri, États-Unis d'Amérique. William Master, gynécologue et obstétricien de renom, spécialisé dans l'infertilité et primé à maintes reprises, décide de pousser plus loin sa connaissance du corps humain et de partir à l'assaut de la compréhension des comportements sexuels humains.
Tirée de la vie de William Master et de Virginia Johnson, la série « Masters of Sex » nous conte l'histoire de ces deux scientifiques passionnés, décidés à comprendre les mystères de la sexualité. Comment se déroule l'acte sexuel ? Comment est vécu le plaisir sexuel ? Pour la première fois, la sexualité sera étudiée sous l'angle médical et comportemental.

La série « Master of Sex », c'est aussi leur rencontre, leurs déboires scientifiques face à une société puritaine et leur obstination à mener leurs études à bien, malgré le désaccord de leurs supérieurs... Si, dans la série, leur histoire d'amour se veut quelque peu romancée, les études et les difficultés relatées sont, quant à elles, bien réelles.
Dans un état conservateur du Sud des États-Unis des années 50, où la sexualité ne peut être qu'affaire de reproduction familiale, ou sinon de grivoiserie, voire de perversion, un médecin va rencontrer cette femme libre qui, d'assistante, deviendra collaboratrice, amante puis épouse.
Tantôt tenues secrètes, tantôt subissant les foudres de la classe universitaire, ces études deviendront pourtant la première référence en matière de sexologie. Considérées à l'époque comme outrageuses, dégradantes, elles eurent le mérite d'ouvrir la voie à d'autres et d'autoriser la société et la science à sortir cette composante si humaine de l'ombre.
Car si l'orgasme et la jouissance féminine sont aujourd'hui communément admises, annoncer lors d'un colloque universitaire des années 60, que la femme soit, non seulement capable d'orgasmes multiples, mais aussi qu'elle soit capable d'atteindre l'orgasme par ses propres moyens, fut comme une onde de choc que la société bourgeoise et, surtout son ordre social, n'étaient pas encore prêts à entendre. Une société où l'homosexualité ne pouvait se vivre que cachée, un monde où il était difficile de déroger à l'ordre établi.
Interprété magistralement par Michael Sheen, on découvre un William Master à la fois arrogant, obstiné, empêtré dans ses incapacités affectives et émotionnelles, dans une fresque esthétiquement parfaite des années 60. Face à lui, une Virginia Johnson, interprétée par Lizzy Caplan, dont on ne peut que saluer la soif insatiable de liberté et de connaissances, faisant d'elle la partenaire idéale pour ce scientifique taciturne.

Une série humaine, sociologique, qui permet au spectateur un petit retour culturel dans son passé, dans ce qui fait son histoire d'aujourd'hui et dont certains aspects ont laissé une trace indélébile dans l'inconscient collectif. Car, malgré le vent de liberté qui souffle sur notre époque et la surmédiatisation de la sexualité, force est de constater que la pudibonderie est toujours considérée comme une vertu.

Une série Showtime, diffusée sur la chaîne OCS.

Vous aimez cet article ? Dites-le à vos amies

Ajouter un commentaire